mercredi 24 juillet 2019

METANOIA

Dépendance technologique et fin de la liberté




La technologie peut être éblouissante mais aussi débilitante pour le progrès humain réel, et quand je dis « progrès » je ne veux pas dire progrès dans le monde des machines mais progrès dans le monde des hommes, et l’un ne mène pas nécessairement à l’autre.
Tout d’abord, je reconnais pleinement que chaque fois que quelqu’un tente de critiquer l’innovation technologique, il prend le risque d’être qualifié de « cinglé » ou de « fossile désuet », de relique barbare d’une époque révolue. Cependant, cette attitude est celle d’un ignorant. Elle suppose que la voie sur laquelle nous nous engageons en tant qu’espèce est celle d’une amélioration perpétuelle tant que nous continuons à suivre le grand dieu de la technologie ; mais que faire si cette hypothèse est complètement fausse ? Et alors quoi si nous sommes en train de régresser plutôt que d’évoluer ?

mardi 23 juillet 2019

Par un Curieux Hasard



— Maître, pourquoi ai-je parfois le sentiment d’être devenu(e) insensible ?
— Nous passons notre vie à poser des cloisons, ériger des murailles, et couler des chapes sur l'inconsolable, pour pouvoir continuer à avancer debout. Nous passons notre vie à conforter la conception individualiste d'une société malade en renforçant des concepts clivants : ego, identité, couple, famille, pays, race, genre. Nous passons notre vie à nous individualiser et à nous éloigner d'une "source" originelle dont nous sommes issus. Cette source dont notre ego et nos carapaces nous isolent.

mercredi 10 juillet 2019

"Le véritable amour unit, il ne lie pas"

La culture des Amérindiens est une richesse inestimable en termes d'histoires, de légendes et de perles de sagesse que le monde occidental ne connaît pas mais qui méritent d'être mises en lumière. Cela peut sembler étrange à certains, mais le patrimoine culturel écrit et oral des tribus des Sioux cache des trésors d'une sensibilité et d'une attention incomparables concernant les relations humaines. Ce qui suit est l'histoire de la légende d'une relation de couple qui nous a fait réfléchir.
image: Facebook

Nous mentir à nous-mêmes nous éloigne de notre propre vérité et blesse le corps et l'âme




Nous pouvons tenter de nous mentir à nous-mêmes, mais il y a toujours une partie de nous qui sait que nous nous mentons. Cette partie est notre corps, siège de l'inconscient. Souvent, lorsque nous sommes enfermés dans le mensonge, notre corps nous adresse des signaux, notre inconscient nous envoie des rêves nous informant qu'un temps de sincérité et d'honnêteté avec soi serait approprié pour notre santé physique et mentale. Si nous refusons ces signes qui nous interpellent pour attirer notre attention, nous pouvons avoir l'impression que notre corps est notre ennemi et qu'une partie de nous tente d'avoir raison sur nous. Nous sommes alors aveugles ou sourds. Nous aimerions tellement que notre monde intérieur se mente à lui-même, tout comme nous le faisons avec notre personnalité.

Effondrement : seul scénario réaliste ? Par Arthur Keller


Arthur Keller est ingénieur en aérospatiale de formation.
 Il est aujourd’hui consultant et conférencier sur les questions d’énergie, de climat et de transition écologique. Il a notamment été le coordinateur de la commission environnement au parti Nouvelle Donne, et référent du programme de Charlotte Marchandise, candidate citoyenne à l’élection présidentielle. Il est membre du conseil d’administration de l’association Adrastia, qui travaille sur l’anticipation du déclin de la civilisation thermo-industrielle. Arthur Keller est également auteur et scénariste, et explore comment le storytelling peut être un outil de pédagogie et de mobilisation autour du sujet de la vulnérabilité de nos sociétés, ainsi que des stratégies de résilience.

vendredi 7 juin 2019

Alain Damasio : l'intuition de la science-fiction ?



Né à Lyon en 1969, Alain Damasio caracole sur les cimes de l’imaginaire depuis la parution en 2004 de son deuxième roman, La Horde du contrevent, Grand Prix de l’Imaginaire. Il explique sa prédilection pour les récits polyphoniques, et pour le travail physique, physiologique de la langue, par un besoin vital d’habiter plusieurs corps, et de se laisser lui-même habiter. Après la réédition par la Volte en 2007 de La Zone du Dehors (Cylibris, 2001), récit d’anticipation inspiré par Michel Foucault, il s’est lancé dans la création d’un ambitieux jeu vidéo et prépare actuellement son troisième roman.

jeudi 6 juin 2019

Se reposer



Laisse tomber l'amour inconditionnel.
Tu n'en es pas capable.
C'est un but impossible à atteindre
qui te rend violent à l'intérieur.